Revenir à la liste des articles
11 juil. 2018

La préparation mentale pour une prise de parole en public

Journaliste de direct célèbre hurlant son texte dans les couloirs de la rédaction quelques minutes avant son émission, humoriste traversant en courant les coulisses des théâtres au démarrage de son spectacle, tennisman qui tire son tee-shirt puis chasse la poussière de ces talons avec concentration avant de jouer un point décisif … Nombreuses sont les personnes publiques à pratiquer la « préparation mentale » avec ses « ancrages » pour leurs événements en public.

Une technique également adaptée à la prise de parole en public.

La préparation mentale fait partie des exercices de PNL (programmation Neuro-Linguistique), qui visent à développer l’efficacité. Cette technique psychologique permet de se préparer à une compétition sportive, un examen, ou une intervention. Elle permet d’ancrer dans sa mémoire, un état de bien-être et de le retrouver instantanément, notamment en situation de stress pour réussir et profiter pleinement des événements futurs.

Comment faire une auto-préparation mentale ?

Etape 1 : Il faut choisir un événement à venir.

Etape 2 : imaginer la réussite complète de son événement.

Cette partie est constituée de plusieurs exercices.

  • D’abord, il faut devenir spectateur au fond de la salle. Tout se passe dans son imagination : il faut visualiser le résultat idéal : observer son personnage sur scène en pleine réussite à la fin de la conférence, « entendre» les applaudissements, apercevoir les amis, les collègues ou les clients très satisfaits.
  • Ensuite, il faut revenir dans sa peau pour revivre la scène de l’intérieur: s’imaginer sur scène au milieu des applaudissements, entendre les compliments des amis ou clients. Il faut aussi ressentir la satisfaction d’être arrivé à la fin de la conférence avec succès…

Etape 3 : Il faut « ancrer » cet état de satisfaction pour cela, il faut utiliser sa mémoire.

On fait physiquement un pas en arrière. C’est un retour vers le passé. Il faut retrouver un souvenir où on s’est trouvé dans cet état, reprendre les sensations, les bruits, repenser aux espaces. On localise ce sentiment dans un point du corps, par exemple, le bras et on associe une couleur. Puis, on associe le tout à un geste, comme se toucher légèrement le bras par exemple. On peut reprendre le cas des sportifs, qui tapent du plat de la main sur leur raquette. Leur but : remonter aux sentiments de plénitude et de force d’une victoire après ce geste.

 

Etape 4 : associer les deux événements, celui à venir et celui du passé pour une sensation de victoire commune.

Pour cela, il faut faire un pas en avant pour retourner « vers le futur  et imaginer de nouveau la situation à venir, en réalisant que l’on connaît déjà cette sensation de force, d’efficacité et de réussite.

L’encrage est fait.

L’exercice doit être répété plusieurs fois, pour bien ancrer sa réussite et maîtriser son stress.

Quelques instants avant de monter sur scène il suffira d’activer cet ancrage pour retrouver l’état de plein potentiel et de satisfaction.
Pensez aussi à respirer profondément au moins trois fois.