Talk

Je suis le co-fondateur de techmind, première société « VC as a Service » : nous investissons dans les startups pour le compte de clients Corporate, fonds et family offices (www.techmind.fr). Auparavant, j'ai été intrapreneur au sein du Groupe BPCE : j'ai créé un prestataire de services de paiement en 2011, obtenu son agrément auprès de l’ACPR en 2012, et géré opérationnellement l'établissement jusqu'en 2017. J'ai par ailleurs contribué au rachat de plusieurs fintech dont je suis devenu administrateur. Je suis en ce moment souvent questionné par des startups, des grands groupes ou des fonds sur l'impact de la directive DSP2 sur leur activité ou celle de leurs participations. Cette nouvelle directive européenne sur les paiements est très structurante pour les acteurs financiers : nouveaux acteurs régulés, autorisation de l'agrégation de compte et de l'initiation de paiement, API bancaires, cash-back, paiement en devises, harmonisation européenne, etc. La densité des nouvelles mesures introduites par cette directive et son calendrier de mise en oeuvre échelonné jusqu'à septembre 2019 rendent sa lecture assez complexe. Pourtant, au-delà de la nécessité pour les différents acteurs de la chaîne des paiements de se mettre en conformité, je pense que ces nouvelles règles peuvent constituer pour beaucoup d'acteurs une source d'opportunités. Je vous propose un tour d'horizon sur ce sujet, théorique et très opérationnel, pour vous aider à réfléchir à l'évolution de votre busines model. La DSP2 constitue à mon sens aussi une bonne occasion de parler de l'évolution du marché des paiements, en pleine mutation avec l'arrivée des GAFA.

Tarifs

Conférence : 3000
Interview : 1000
Table ronde : 1000