Conférencier

Publié 19/08/19

Tarifs

Conférence : 3500

Talk

Français

On oublie souvent que la voix est un phénomène physiologique commandé par le cerveau lorsque le souffle se transforme en son et met en vibration les cordes vocales. En dehors de cette mise en vibration, c'est le silence. Les cordes vocales, au nombre de deux et en position horizontale entre larynx et pharynx dans le cou, sont deux muscles accolés l'un à l'autre en position de repos et qui s'écartent et vibrent de plus en plus vite en fonction de la hauteur du son émis. C'est ainsi que le 440 de nos pianos est fondé sur la vitesse de vibration des cordes vocales sur le LA. Plus le son est aigu, plus les cordes remontent et la vibration s’accélère. Pour les graves, les cordes se détendent e vibrent moins plus lentement. En bas du tronc, à un niveau situé sous le nombril se situe la musculature du son. Les muscles obliques de chaque côté de l’abdomen qui se rattachent au pubis, jouent le rôle de soufflet de la respiration. C’est à ce niveau là que le souffle/son s’ancre pour mettre en vibration les cordes vocales et maintenir le son au centre de la voûte palatale. On parle de soutien du son. Ainsi donc entre le haut et le bas se dessine un axe sonore vertical, qui longe la colonne vertébrale qui devient colonne de souffle. A l'intérieur de la bouche, au niveau du palais lorsqu'on passe la langue de l’avant à l’arrière, on constate une différence de texture au milieu. Le palais forme une voûte « la voûte palatale ». Au centre de la voûte se situe le point de passage de l’axe souffle/son. C’est là que le son doit percuter et être maintenu afin de profiter de la caisse de résonance du pharynx. Vous pouvez visualiser un axe, un tube lumineux qui vous traverse depuis le périnée et qui s’ancre en terre, jusqu’au sommet de la tête et qui s’ancre au ciel. Maîtriser cette colonne de souffle/son fait partie de l’art de la voix.