Conférencier

Publié mar. 07 janv.

Tarifs

Conférence : 4500

Talk

Français

La machine va-t-elle remplacer l’homme pour le meilleur ou le pire ? L’automatisation va-t-il simplifier ou complexifier notre travail ? L’enrichir ou le vider de son sens ? Grâce à la robotisation, allons-nous vivre l’enfer ou le paradis ? Si tout au long de l’histoire économique les innovations mécaniques et technologiques ont créé plus d’emplois qu’elles n’en ont détruits, « cette fois-ci c’est différent ! » clament les prévisionnistes pessimistes. Car avec cette nouvelle révolution industrielle, les métiers automatisables ne sont plus uniquement les métiers manuels : des emplois qualifiés à fort contenu intellectuel sont aussi menacés par les machines. Et certains universitaires, comme McAfee et Brynjolfsson, d’affirmer que les progrès technologiques que nous connaissons dans ce « deuxième âge de la machine » risquent non seulement d’entraîner la suppression de certains types spécifiques d’emplois, mais pourraient également entraîner une baisse de l’emploi global. Facilement – et souvent injustement - décriée, l’automatisation du travail a pourtant permis à l’homme de se libérer des deux contraintes les plus lourdes de son labeur : la pénibilité et la durée de son activité professionnelle. Les machines enlèvent à l’homme les tâches les plus dures physiquement et les plus ingrates.